Chicago voit le premier cas de monkeypox

CHICAGO – Le premier cas de Monkeypox a été identifié à Chicago – mais le département de la santé de la ville a déclaré qu’il pose “peu de risques” pour le grand public.

Un homme de Chicago a été testé positif au Monkeypox après avoir voyagé en Europe, ont annoncé jeudi des responsables du département de la santé publique de Chicago.

L’homme est en bon état, isolé à la maison, a rapporté le Tribune. Il n’a pas nécessité d’hospitalisation.

Découvert pour la première fois en 1958, le Monkeypox est une maladie rare endémique dans certaines parties de l’Afrique centrale et occidentale, mais qui s’est récemment propagée à d’autres pays, dont les États-Unis. Au total, 25 pays ont signalé des cas au 31 mai, selon les Centers for Disease Control and Prevention.

Le monkeypox se transmet par contact étroit, comme toucher les éruptions cutanées et les plaies de quelqu’un, partager la literie ou les serviettes ou les gouttelettes respiratoires en s’embrassant, en toussant ou en éternuant.

Les personnes infectées par le virus Monkeypox présentent généralement des symptômes pseudo-grippaux et un gonflement des ganglions lymphatiques avant de développer une éruption cutanée douloureuse sur le visage et le corps. La maladie peut durer jusqu’à quatre semaines.

Le département de la santé de Chicago a déclaré que le risque actuel d’attraper le virus est “faible”, mais a conseillé aux habitants de Chicago d’éviter tout contact avec toute personne qui a été testée positive pour le virus, a été exposée au virus ou présente des lésions cutanées ou d’autres symptômes. Les contacts à éviter comprennent les contacts avec les plaies, les baisers ou les relations sexuelles.

Un total de 19 cas ont été signalés dans tout le pays au 1er juin, selon le CDC. La Californie, le Colorado, la Floride, la Géorgie, le Massachusetts et New York font partie des États qui ont identifié des cas.

Les personnes présentant des éruptions cutanées ou d’autres symptômes doivent consulter immédiatement un médecin.

Abonnez-vous au Block Club Chicago, une salle de rédaction indépendante, 501(c)(3), gérée par des journalistes. Chaque centime que nous gagnons rapporte des fonds dans les quartiers de Chicago.

Cliquez ici pour soutenir Block Club avec un don déductible des impôts.

Merci de vous être abonné au Block Club Chicago, une salle de rédaction indépendante, 501(c)(3), dirigée par des journalistes. Chaque centime que nous gagnons rapporte des fonds des quartiers de Chicago. Cliquez ici pour soutenir Block Club avec un don déductible des impôts.

Écoutez « Tout va bien : un podcast du Block Club Chicago » :

Leave a Comment