Inhibition de la capside avec le lénacapavir dans l’infection à VIH-1 multirésistante

Abstrait

Arrière-plan

Les patients infectés par le virus de l’immunodéficience humaine multirésistant de type 1 (VIH-1) disposent d’options de traitement limitées. Le lenacapavir est un inhibiteur de capside de première classe qui a montré une activité antivirale substantielle dans une étude de phase 1b.

Méthodes

Téléchargez un PDF du résumé de la recherche.

Dans cet essai de phase 3, nous avons recruté des patients infectés par le VIH-1 multirésistant dans deux cohortes, en fonction de l’évolution du taux plasmatique d’ARN du VIH-1 entre les visites de dépistage et de sélection de la cohorte. Dans la cohorte 1, les patients ont d’abord été répartis au hasard selon un rapport 2:1 pour recevoir du lénacapavir par voie orale ou un placebo en plus de leur traitement défaillant pendant 14 jours ; pendant la période d’entretien, à partir du jour 15, les patients du groupe lénacapavir ont reçu du lénacapavir sous-cutané une fois tous les 6 mois, et ceux du groupe placebo ont reçu du lénacapavir par voie orale, suivi de lénacapavir sous-cutané ; les deux groupes ont également reçu un traitement de fond optimisé. Dans la cohorte 2, tous les patients ont reçu du lénacapavir oral en ouvert avec un traitement de fond optimisé les jours 1 à 14 ; le lénacapavir sous-cutané a ensuite été administré une fois tous les 6 mois à partir du jour 15. Le critère d’évaluation principal était le pourcentage de patients de la cohorte 1 qui avaient une diminution d’au moins 0,5 logdix copies par millilitre dans la charge virale au jour 15 ; un critère d’évaluation secondaire clé était une charge virale inférieure à 50 copies par millilitre à la semaine 26.

Résultats

Un total de 72 patients ont été inscrits, avec 36 dans chaque cohorte. Dans la cohorte 1, une diminution d’au moins 0,5 logdix copies par millilitre dans la charge virale au jour 15 ont été observées chez 21 patients sur 24 (88 %) dans le groupe lénacapavir et chez 2 patients sur 12 (17 %) dans le groupe placebo (différence absolue, 71 points de pourcentage ; 95 % de confiance intervalle, 35 à 90). À la semaine 26, une charge virale inférieure à 50 copies par millilitre a été rapportée chez 81 % des patients de la cohorte 1 et chez 83 % des patients de la cohorte 2, avec une augmentation moyenne des moindres carrés du nombre de CD4+ de 75 et 104 cellules par millimètre cube, respectivement. Aucun événement indésirable grave lié au lénacapavir n’a été identifié. Dans les deux cohortes, des substitutions de capside liées au lénacapavir associées à une diminution de la sensibilité se sont développées chez 8 patients pendant la période d’entretien (6 avec des substitutions M66I).

conclusion

Chez les patients atteints d’une infection par le VIH-1 multirésistante, ceux qui ont reçu du lénacapavir ont présenté une réduction plus importante de la charge virale par rapport au départ que ceux qui ont reçu un placebo. (Financé par Gilead Sciences ; numéro CAPELLA ClinicalTrials.gov, NCT04150068.)

Miniature d'objet numériqueRÉSUMÉ RAPIDE DE LA VIDÉO
Lénacapavir dans l’infection à VIH-1 multirésistante
02:08

Leave a Comment