Le diagnostic de cancer un an avant l’infection n’est pas lié à de pires résultats ; les voyages en avion comportent des risques de COVID

Par Nancy Lapid

(Reuters) – Ce qui suit est un résumé de certaines études récentes sur COVID-19. Ils comprennent des recherches qui méritent une étude plus approfondie pour corroborer les résultats et qui n’ont pas encore été certifiées par un examen par les pairs.

Un ancien diagnostic de cancer n’est pas lié à de pires résultats pour le COVID-19

Selon une nouvelle étude, les patients diagnostiqués avec un cancer plus d’un an avant de contracter le COVID-19 et ceux qui ne reçoivent pas de traitement actif peuvent ne pas être plus vulnérables aux pires résultats du COVID que ceux sans cancer.

“Nous avons constaté que les diagnostics récents de cancer étaient associés à un risque accru de décès de 17% et à un risque accru d’hospitalisation de 10%”, a déclaré Youngran Kim de UT Health Houston dans un communiqué. “Cependant, des antécédents de cancer plus d’un an avant le diagnostic de COVID-19 n’étaient pas significativement associés à une augmentation de la mortalité ou de l’hospitalisation.”

À l’aide de dossiers de santé électroniques, l’équipe de Kim a étudié 271 639 adultes américains diagnostiqués avec le COVID-19 entre juin et décembre 2020, dont plus de 10 000 qui avaient reçu un diagnostic de cancer au cours de l’année écoulée et environ 8 000 dont le diagnostic de cancer avait été posé plus d’un an plus tôt. . Comme indiqué dans PLOS One https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0267584, les diagnostics récents de cancer étaient associés à des risques plus élevés de pires résultats COVID-19, en particulier chez les personnes atteintes d’une maladie métastatique ou cancers du sang, du foie ou des poumons. Un risque plus élevé de décès était également lié à la chimiothérapie ou à la radiothérapie dans les trois mois précédant l’infection par le SRAS-CoV-2. L’étude a révélé d’autres disparités parmi les patients atteints de cancer récemment diagnostiqués. En particulier, ceux qui étaient plus âgés, noirs, recevaient Medicare et/ou vivaient dans le sud des États-Unis étaient significativement plus susceptibles de mourir après une infection par le SRAS-CoV-2.

Des chercheurs mettent en garde contre le risque de transmission des voyages en avion

Les passagers sont toujours exposés au risque d’infection par le coronavirus lorsqu’ils voyagent dans les avions et également dans les aéroports, ont averti les chercheurs.

Deux passagers prenant un vol de 10 heures de Dubaï à l’Australie en juillet 2020 ont infecté 15 autres personnes, malgré les exigences de masquage pour les voyageurs, le fonctionnement des purificateurs d’air et l’utilisation de masques, de lunettes, de gants et de blouses de protection par l’équipage de conduite, selon un rapport dans le Journal of Travel Medicine https://bit.ly/3M0NxIg. Être assis à moins de deux rangées d’un cas primaire a multiplié par plus de sept le risque d’infection, et passer plus d’une heure à l’aéroport d’arrivée l’a presque multiplié par cinq, selon l’étude. Sept de ceux qui ont attrapé le virus étaient assis à moins de 2 rangées des “cas index” dans la section économie, mais les autres étaient assis loin, y compris certains qui étaient assis en classe affaires. À l’époque, tous les passagers entrant en Australie devaient se soumettre à la quarantaine de l’hôtel et fournir des échantillons de sang pour les tests COVID-19. Selon le rapport, les particules virales des deux voyageurs initialement infectés et des 15 passagers nouvellement infectés avaient des séquences génomiques indiscernables.

“Le port consciencieux d’un masque pendant le voyage réduit le risque de contracter une infection”, en particulier pour les passagers assis à proximité, ont déclaré les chercheurs. “Avec l’émergence de variantes plus transmissibles du SARS-CoV-2… il est crucial de comprendre et d’atténuer les expositions aux risques potentiels associés à toutes les étapes du voyage en avion.”

Cliquez pour un graphique Reuters https://tmsnrt.rs/3c7R3Bl sur les vaccins en développement.

(Reportage par Nancy Lapid; Montage par Bill Berkrot)

Leave a Comment